Articles

5 fruits et légumes par jour sans effort !

fruits et legumes

 

Pourquoi faut-il manger des fruits et des légumes ?
– frais, surgelés ou en conserve, ils apportent des éléments nécessaires pour la santé et pour rester en forme
– leurs fibres facilitent le transit intestinal
– ils contiennent de l’eau et sont moins caloriques et complètent notre hydratation en plus de ce que nous buvons chaque jour
–  leurs éléments nutritifs (vitamines, minéraux, antioxydants, sucre…) aident notre corps à bien fonctionner
– ils ont un rôle protecteur contre de nombreuses maladies comme les cancers, le diabète et les maladies cardiovasculaires

Comment manger plus de fruits et légumes chaque jour ?
– en les mangeant crus, cuits ou préparés
– sous forme de sandwich à base de crudités, en salade pour les légumes et les fruits sous forme de salade, de compotes ou de jus.
– en ajoutant des tomates, des poivrons, des oignons aux pâtes, au riz ou dans vos pizzas.
– en rajoutant un fruit à votre petit-déjeuner, pressé ou coupé en morceaux, dans des céréales ou du yaourt
– en prenant un fruit au goûter (pomme, banane, clémentine)

Comment faire si les enfants n’aiment pas ça ?
Plus attirés par les plats gras et sucrés, les ados et les enfants trouvent que les légumes n’ont pas trop de goût !
– cuisinez un légume de différentes manières (les carottes râpées ou en purée)
-choisissez les fruits ou les légumes de saison, moins chers et plus savoureux
– mélangez les avec des féculents, en gratins ou en tartes
– rendez les fruits plus appétissants en rajoutant du chocolat, du miel,…
– imaginez des repas à thèmes : un repas « tout orange » (carottes, riz au safran, gouda et clémentines par exemple), un repas ou tous les plats commencent par la lettre « P » (poulet, patates, purée de potiron, poire au chocolat).

On peut tous y arriver : 5 fruits et légumes par jour ça signifie 5 portions de fruits et/ou de légumes : 80 ou 100 g, 2 cuillères à soupe pleines, ou la taille du poing !
L’important c’est de manger varié et équilibré pour rester en bonne santé !

Plus d’infos sur www.mangerbouger.fr

,

Le collège Guy de Maupassant sur France 3 à propos de la COP 21

collège maupassant

 

Le collège Guy de Maupassant, à Garéoult, a participé à l’édition locale de france3 Var pour parler de la manifestation de la COP 21.
Détenteur du label Eco-Ecole, le collège Guy de Maupassant agit en faveur de l’environnement et de la biodiversité.
Parmi ses actions, le collège a créé un refuge LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux).
Tout au long de l’année, différents thèmes sont traités afin de sensibiliser les élèves sur la protection de l’environnement :
– les déchets
– la biodiversité
– l’énergie
– l’eau
– l’alimentation
– les solidarités

Si vous souhaitez  revoir l’émission cliquez ici
Rendez vous sur le site du collège Guy de Maupassant en cliquant ici

Bravo à tous pour cette belle initiative !

,

Alimentation : viande, poisson et oeufs, les éléments essentiels de notre alimentation

Une bonne alimentation

La viande, le poisson et les oeufs sont des aliments essentiels à notre alimentation : il est recommandé d’en consommer 1 à 2 fois par jour, ces trois aliments nous apportent des protéines qui sont indispensables pour la formation osseuse et le maintien de la masse musculaire. La viande, le poisson et les oeufs contribuent à la croissance et à la défense de l’organisme.
Ces produits d’origine animale sont les seuls à nous apporter de la vitamine B12, indispensable à la fabrication des globules rouges.
La viande et le poisson nous apportent du fer de bonne qualité.

Plutôt viande, poisson ou oeufs ?
Concernant la viande, il est important de ne pas consommer plus de 100 à 150 g par jour pour éviter l’apparition de maladies.
Mieux vaut choisir les viandes les moins grasses comme le poulet, la dinde ou le lapin.
Pour les amateurs de boeuf, certains morceaux moins gras peuvent être privilégiés : le rumsteak, la bavette, le faux-filet ou le jarret. Le steak haché à 5 % de matière grasse sera recommandé.

Concernant le porc, le jambon blanc et le filet mignon sont les moins gras.

Quant au poisson, la consommation de poissons gras (hareng, saumon, maquereau, sardine) permet une alimentation riche en acides gras insaturés dont les oméga 3, leurs acides gras essentiels favorisent le bon fonctionnement du système cardiovasculaire.

Les oeufs n’augmentent pas le cholestérol sanguin, c’est une idée fausse ! On peut tout à fait consommer des oeufs de manière régulière car ils sont riches en nutriments favorables à la santé.

Et pour les végétariens ?
Les besoins en protéines peuvent être satisfaits grâce à une  association judicieuse d’aliments.
En effet, l’association de céréales et de légumes dans un même plat peut apportera les protéines nécessaires au quotidien : semoule de couscous et pois chiches, maïs et haricots rouges, riz et lentilles, riz et soja…

En résumé…
Les viandes, les poissons et les oeufs sont les sources principales de protéines.
Il faut en manger chaque jour.
Ces aliments se consomment en quantité inférieure à l’accompagnement, soit 100 à 150 g pour une portion journalière .
Il est important de manger du poisson 2 fois par semaine, en particulier le poisson gras (évitez les nuggets et le poisson pané, plus riches en matières grasses).
Manger des protéines, c’est mieux manger et rester en bonne santé.

Plus d’infos sur le site : www.mangerbouger.fr

Vidéo • Le papa Gaspi est un bon cuisinier…, enfin presque…

Chaque année, un tiers de la nourriture produite dans le monde finit à la poubelle sans avoir été consommée.
Pourquoi s’attaquer au gaspillage alimentaire ?

L’alimentation représente 1/3 de l’impact sur l’environnement et de 20 à 30% des émissions de CO2.

Par exemple :
• Gaspiller un pain équivaut à laisser une lampe de 60W allumée pendant 30 heures.
• Jeter 1kg de bœuf revient à gaspiller l’eau nécessaire aux douches quotidiennes d’une personne pendant 1 an ou encore à bruler l’essence nécessaire pour parcourir 60 km en voiture.

Le gaspillage alimentaire est également un problème éthique : 1/7ème de la population mondiale souffre de la faim.

Comment éviter le gaspillage alimentaire ?

• Avant les courses, faisons l’inventaire de nos réserves (frigo, congélateur, placards) et établissons une liste précise des achats à faire.

• Faisons nos courses après le repas ; on effectue moins d’achats compulsifs le ventre plein !

• Achetons les quantités dont nous avons besoin et évitons de nous laisser tenter par les promos superflues.

• Apprenons à bien comprendre les dates de consommation et en particulier la différence entre  :
– la date limite de consommation (DLC) , qui indique « à consommer avant le… »
Elle s’applique à des produits susceptibles, après une courte période, de présenter un danger pour la santé humaine, comme la viande vendue en barquette par exemple.

la date limite d’utilisation optimale (DLUO), qui indique « à consommer de préférence avant le… »
C’est le cas par exemple des gâteaux secs, ou encore des boites de conserve. Une fois la date passée, la denrée ne présente pas de danger mais peut en revanche avoir perdu tout ou partie de ses qualités : goût, texture…
Le dépassement de la DLUO ne rend pas l’aliment dangereux : l’aliment peut donc encore être commercialisé et consommé. Il n’est pas nécessaire de jeter les produits concernés quand la DLUO est dépassée, sauf en cas d’altérations du produit.

Sources : Institut bruxellois pour la gestion de l’environnementMinistère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, Save Food

Quelle est ton empreinte écologique ?

calcul de l'empreinte écologique

L’empreinte écologique, c’est quoi ? C’est une mesure de la pression qu’exerce l’homme sur la nature. C’est un outil qui évalue la surface productive nécessaire à une population pour répondre à sa consommation de ressources et à ses besoins d’absorption de déchets. Comment la calculer ? L’empreinte écologique moyenne des français (56 400 m2/an) dépasse de beaucoup ce que permettent les ressources de la planète. Il est vital de la réduire. Calcule ton empreinte écologique chez toi, en famille ou au collège avec tes camarades. Réponds au test de 18 questions classées par activités tels que le logement, l’alimentation, le transport et les biens de consommation. Tu peux aussi sélectionner ton profil : enfant/ado/adulte. Toutes les infos sur le site : www.archives.universcience.fr

Vidéo • La famille gaspi fait ses courses

Chaque année, un tiers de la nourriture produite dans le monde finit à la poubelle sans avoir été consommée.
Pourquoi s’attaquer au gaspillage alimentaire ?

L’alimentation représente 1/3 de l’impact sur l’environnement et de 20 à 30% des émissions de CO2.

Par exemple :
• Gaspiller un pain équivaut à laisser une lampe de 60W allumée pendant 30 heures.
• Jeter 1kg de bœuf revient à gaspiller l’eau nécessaire aux douches quotidiennes d’une personne pendant 1 an ou encore à bruler l’essence nécessaire pour parcourir 60 km en voiture.

Le gaspillage alimentaire est également un problème éthique : 1/7ème de la population mondiale souffre de la faim.

Comment éviter le gaspillage ?

• Avant les courses, faisons l’inventaire de nos réserves (frigo, congélateur, placards) et établissons une liste précise des achats à faire.

• Faisons nos courses après le repas ; on effectue moins d’achats compulsifs le ventre plein !

• Achetons les quantités dont nous avons besoin et évitons de nous laisser tenter par les promos superflues.

• Apprenons à bien comprendre les dates de consommation et en particulier la différence entre  :
– la date limite de consommation (DLC) , qui indique « à consommer avant le… »
Elle s’applique à des produits susceptibles, après une courte période, de présenter un danger pour la santé humaine, comme la viande vendue en barquette par exemple.

la date limite d’utilisation optimale (DLUO), qui indique « à consommer de préférence avant le… »
C’est le cas par exemple des gâteaux secs, ou encore des boites de conserve. Une fois la date passée, la denrée ne présente pas de danger mais peut en revanche avoir perdu tout ou partie de ses qualités : goût, texture…
Le dépassement de la DLUO ne rend pas l’aliment dangereux : l’aliment peut donc encore être commercialisé et consommé. Il n’est pas nécessaire de jeter les produits concernés quand la DLUO est dépassée, sauf en cas d’altérations du produit.

Sources : Institut bruxellois pour la gestion de l’environnementMinistère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, Save Food