Articles

,

Le collège Henri Bosco rend hommage à l’écrivain

collège henri bosco

 

Le mois dernier, le collège Henri Bosco de la Valette a rendu hommage à l’écrivain célèbre qu’était Henri Bosco, disparu il y a 40 ans.
En effet, la petite-nièce de Henri Bosco, Sophie Pacifico Le Guyader, a réalisé une exposition qui s’est tenue dans la ville de Rabat au Maroc, à l’occasion d’un colloque intitulé « l’enchanteur des deux rives », en novembre dernier.

Cette somptueuse exposition a ensuite pris ses quartiers au collège valettois et a fait l’objet d’un vernissage, mardi 24 mai.
Pour l’occasion, Sophie Pacifico Le Guyader a été accueillie comme il se doit par le Principal du collège, Mr Giannoni, et a proposé aux élèves et aux visiteurs de dédicacer son ouvrage « en Provence, sur les pas de Bosco », paru en 2015.
Ce livre est illustré de nombreuses photos de Jean-François Jung, un album de famille littéraire et un livre d’images qui met à l’honneur la Provence, si chère à Henri Bosco.
L’exposition s’est tenue dans le hall et le réfectoire du collège Henri Bosco. Elle a raconté aux collégiens la vie et l’oeuvre de Henri Bosco, ses lieux de villégiature en Italie, en Algérie, au Maroc ou en France à Nice.
Les élèves des écoles élémentaires voisines, Jean Giono et Marcel Pagnol, sont venus découvrir l’exposition et le romancier.

Rendez vous sur le site du collège Henri Bosco en cliquant ici
Plus d’infos sur Henri Bosco en cliquant ici

,

Le collège Henri Bosco is gone to America

Collège Henri Bosco

Depuis 2011, Alexandre Jamay, professeur d’anglais au collège Henri Bosco organise un incroyable voyage : il emmène une trentaine de collégiens découvrir l’Amérique !
Découvrez Gone to America Edition 2015 (la vidéo est consultable jusqu’au 28 octobre 2015).

t

,

Le collège Henri Bosco is going to America > San Francisco

Collège Henri Bosco à San Francisco

Nous prenons enfin notre route à destination de San Francisco, la préférée des voyageurs en Californie pour son climat doux et la beauté de ses maisons.
Nous commençons par une visite guidée de la ville, célèbre pour la beauté de sa baie. Située dans un cadre exceptionnel, San Francisco s’étend sur un site de 43 collines. La ville est baignée par une atmosphère cosmopolite. Son histoire et ses traditions en font l’une des plus pittoresques des Etats Unis. Nous découvrons le Quartier Financier et la Cathédrale. Nous prenons de la hauteur au dessus des Twin Peaks, pour bénéficier d’un point de vue imprenable de la ville de San Francisco dans sa globalité. Nous prenons ensuite notre bus pour nous diriger vers le Golden Gate Bridge en passant par le Golden Gate Park, Chinatown qui regroupe l’une des plus importantes communautés asiatiques hors d’Asie, Knob Hill, quartier situé sur l’une des collines de la ville, le centre civique sans oublier Fisher man’s Wharf, aujourd’hui rénové et tout en bois, avec les lions de mer qui ont élus domicile sur le Pier 39.

Collège Henri Bosco à San Francisco

Fondée en 1776, la ville prend réellement son essor lors de la ruée vers l’or et son prolongement, l’embellissement de San Francisco par les millionnaires du Nevada. Puis, elle devient le berceau du jeans avec la fondation de Levi Strauss & Co. À partir de la deuxième partie du XXème siècle l’industrie des hautes technologies se développe dans la région de la baie.
Aujourd’hui San Francisco est la ville la plus densément peuplée des États-Unis après New York. La municipalité-comté de San Francisco compte 805 235 habitants dans ses limites administratives et plus de 7 millions de personnes vivent dans l’aire métropolitaine de la Baie, la quatrième métropole des États-Unis par sa population.

La partie sud de cette dernière est occupée par la municipalité de San José et la Silicon Valley, premier pôle de hautes technologies des États-Unis qui accueille un nombre important d’entreprises de technologie de pointe de renommée mondiale telles la célèbre firme à la pomme croquée Apple, Adobe Systems, Hewlett-Packard, Google, Intel ou encore Facebook. Dans le domaine universitaire, elle accueille les prestigieuses universités de Stanford et de Berkeley. San Francisco est également le siège de la Wikimedia Foundation dont fait partie le projet Wikipédia. Au nord de la ville, s’étendent la Napa Valley et la Sonoma Valley, renommées pour leur viticulture. Troisième destination touristique des États-Unis, la ville est célèbre pour le pont du Golden Gate, l’île et ancienne prison d’Alcatraz, Fisherman’s Wharf, la Transamerica Pyramid, la Coit Tower, ses maisons victoriennes, ses « cable cars », ainsi que ses nombreuses collines découpées de rues en pente.

Haut lieu de la contre-culture, ville de tolérance et d’émancipation des minorités, San Francisco est également connue pour son Chinatown et ses quartiers hippies. Elle représente un foyer culturel, économique et touristique majeur aux États-Unis et accueille chaque année plusieurs événements d’ampleur mondiale mais vibre également au rythme des festivités animées par les différentes communautés locales. Dans le domaine sportif, les « 49ers » au football américain, les Giants au baseball et les Warriors au basket-ball sont les équipes phares de la ville.

Collège Henri Bosco à San Francisco

Cette dernière étape, a également été le point de départ de notre retour et de la conclusion de notre voyage. Un voyage qui, je suis persuadé, marquera les esprits des enfants et aussi des adultes accompagnateurs pendant longtemps et deviendra certainement une tranche de leur vie.

Il nous arrive au fil de nos différents voyages de rencontrer quelque chose ou quelqu’un qui nous marque. En effet, lors de notre passage par l’aéroport de « Heathrow » à Londres, nous avons eu la belle et magnifique surprise de croiser un personnage haut en couleur, et je dirai même haut en musique, puisqu’il s’agit du mondialement célébrissime « DJ » David Guetta, qui a eu la modestie et la gentillesse de nous accorder quelques secondes de son temps si précieux pour poser avec les élèves. La photo suivante a eu un succès énorme et a détrôné à elle seule les mile-six cent autres photos réalisées lors de ce voyage.

Collège Henri Bosco à San Francisco

THE END

Alexandre Jamay

,

Le collège henri Bosco is going to America > Bakersfield

Bakersfield

Nous reprenions la route vers Bakersfield. Une ville où les amérindiens furent les premiers occupants de la Vallée de San Joaquin, il y a quelque 8000 ans. En 1776, le missionnaire espagnol Père Francisco Garcés fut le premier européen à atteindre cette région. En 1851, de l’or fut découvert dans la Kern River, et en 1865 la première découverte du pétrole fut faite dans la vallée. Les colonies s’agrandirent et la zone fut bientôt connue sous le nom de « Colonel Baker’s field », d’après le nom d’un des colons locaux. Lorsque celui-ci se vit confier la tâche de constituer un village, le nom officiel de celui-ci fut « Bakersfield ».
La Californie accueille la plus grande communauté Basque des États-Unis et plus de 90 % des basques de Californie résident à Bakersfield. C’est la 4ème plus grande communauté basque au monde après celle du Chili, de l’Argentine et du Pays-Basque, évidemment. Les restaurants gastronomiques basques sont donc nombreux dans la ville.
collège Henri Bosco James Dean

En traversant la Vallée de la Californie, nous avons emprunté un tronçon de la route 46 qui relie l’est de la Californie à l’Océan pacifique en passant par Cholame qui est une localité située dans le comté de San Luis Obispo en Californie.

collège Henri Bosco James Dean
Le 30 septembre 1955, James Dean mourut dans un accident à l’intersection des routes de Californie 46 et 41 à Cholame. La photo suivante montre cette intersection des deux routes pourtant sans obstacles apparents, mais qui causa une perte humaine de grande importance.

Alexandre Jamay

James dean

La semaine prochaine direction San Francisco

,

Le collège Henri Bosco is going to America > Las Vegas, vallées du feu et de la mort

Collège Henri Bosco Las Vegas

Nous reprenons notre route en direction de Las Vegas qui est la plus grande ville de l’État du Nevada. Celui-ci est situé au milieu du Désert de Mojave, le plus sec des quatre déserts nord-américains et situé dans le Comté de Clark.

Les Mormons fondèrent la ville en 1855, qui devint au début du xxè siècle une bourgade agricole. Grâce aux lois libérales en matière de jeux de l’État du Nevada, la ville a acquis une renommée mondiale pour ses casinos et ses revues. En raison de l’énorme capacité hôtelière de la ville avec plus de 120 000 chambres d’hôtel, ce qui en fait la première ville hôtelière du monde. C’est aussi un endroit de choix pour  l’organisation de grands congrès et autres manifestations événementielles.

Las Vegas est aussi le temple du shopping, en particulier avec ses grands centres commerciaux le Fashion Show Mall, par exemple, situé sur le célèbre Strip. Las Vegas est devenue une destination touristique de premier ordre aux Etats-Unis. En 2004, la ville du jeu a accueilli 37,4 millions de visiteurs, dont 80 % en provenance de Californie.

Nous laissons la ville de Las Vegas pour quelques heures d’errances à quelques encablures de cette dernière pour aller à la découverte de la Vallée du Feu, superbe région dénudée de végétation au cœur du Désert de Mojave dans le Nevada. Ce site orné de grandes roches rouge orangé aux formes  étranges rappelle parfois un paysage lunaire, au point d’avoir servi de décor à de nombreuses scènes de la célèbre série Star Trek ! Des vestiges de bois pétrifiés témoignent de l’existence d’une ancienne forêt. Vers 300 av J.C., le site était occupé par les Indiens Paiutes.

Collège Henri Bosco Las Vegas

Le matin suivant, départ sur les traces des chercheurs d’or, à travers la « Vallée de la Mort », désert étonnant aux paysages étranges, parsemé de lacs asséchés et d’une végétation spartiate. Ce nom lui a été donné par l’un des 18 survivants d’un groupe de 30 personnes qui tentèrent, en 1849, de trouver un raccourci vers les champs aurifères de Californie. La vallée abrite des paysages variés et impressionnants, une faune abondante et une flore très riche en plantes grasses.

Collège Henri Bosco Las Vegas

La majeure partie de la vallée se trouve en dessous du niveau de la mer, le point le plus bas étant, près de « Bad water », à 86 mètres en dessous du niveau de la mer et le point le plus haut, quant à lui, culmine à 350 mètres d’altitude. Les températures estivales dans la « Vallée de La Mort », l’une des régions les plus chaudes que l’on connaisse, dépassent fréquemment les 50°C à l’ombre et descendent rarement en dessous de 21°C. Nous déjeuner au cœur de la Vallée de la Mort, au « Furnace Creek Ranch », oasis située à 54 mètres au-dessous du niveau de la mer, bordée de palmiers et qui tranche singulièrement avec les paysages arides alentours.

Collège Henri Bosco Las Vegas
Nous continuâmes notre découverte de la Vallée de la Mort tout en nous dirigeant vers Bakersfield en passant par Trona, ville fantôme désertée par ses habitants suite à la cessation d’une activité locale.
Nous marquâmes un arrêt photo devant un truck shop, relais pour les routiers typiques, où l’expression « beau comme un camion » revêt son sens.

Alexandre Jamay

La semaine prochaine direction Bakersfield

,

Le collège Henri Bosco is going to America > Grand Canyon, Monument Valley et Bryce Canyon

Collège Henri Bosco Grand Canyon

Le Grand Canyon, notre étape suivante, symbole de la nature sauvage, où l’éblouissement des yeux est assuré sur des milliers de kilomètres de vallées encaissées où prédominent les couleurs aux tons ocre, rouge et brun.
Ce canyon est un labyrinthe entier de canyons, de fissures et de gorges érodées dans la roche avec des buttes peu communes, des mesas et des éperons rocheux disposés entre eux. Les couches sédimentaires multicolores exposées prennent des nuances variables suivant l’angle du soleil et les jeux d’ombre changeant au fil du jour. C’est vraiment une des grandes merveilles naturelles du monde à ne manquer sous aucun prétexte et à voir au moins une fois dans sa vie.
Le Grand Canyon a été creusé par le fleuve Colorado dans le plateau du même nom. Fondé en 1919, le parc couvre un territoire protégé de 4 927 km2. Il est fréquenté chaque année par plus de quatre millions de visiteurs. La diversité naturelle et paysagère de la région a été reconnue patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO en 1979.
Nous continuâmes notre route vers Mather Point, lieu particulièrement spectaculaire où le Colorado semble n’être qu’une petite échancrure entre deux falaises puis, « Yavapai Point » et « Desert View » avec sa tour d’observation offrant une vue extraordinaire sur le Grand Fleuve Colorado.

A notre arrivée matinale à Monument Valley sur les terres des Indiens Navajos, nous avions deux options. Soit nous admirions le parc depuis le « Visitor Center », soit nous options pour faire un tour en 4×4 dans le parc, sachant que les meilleures perspectives de Monument Valley se découvrent à cheval ou en Jeep, avec un guide Navajo. Nous avions opté pour la visite en voiture tout terrain.

Collège Henri Bosco Going to America

Nous avons pu de ce fait admirer les formations rocheuses se dresser majestueusement de chaque côté du parcours en forme de boucle, vision très développée et adorée chez les nations indiennes, dont les Navajos forment la nation le plus importante sur le plan numérique. Au beau milieu de notre parcours, un repas nous a été concocté par l’une des familles Navajos qui gèrent le parc. Ce repas a été préparé et cuit sur un feu de bois dans un coin du Parc. Comme on ne peut pas tout avoir dans la vie, ce jour là, on avait essuyé une mini tempête de neige ce qui transforma notre barbecue chaud en un repas bien froid !

Collège Henri Bosco Going to America

Monument Valley est immortalisée dans de nombreux films westerns, est devenue une image mythique de l’Ouest Sauvage avec des paysages uniques constitués de formations de grès très particulières, dues à leur oxydation en fer et qui leur donne une couleur rouge-ocre. Ses arches et ses falaises rouges, pouvant atteindre jusqu’à 300 mètres de hauteur au sein d’un désert de sable ocre, laisse à chacun une impression inoubliable. C’est dans le film western « Stage Coach » (1938), de John Ford, où John Wayne fit ses débuts, qu’on a pu découvrir ces paysages qui servent (et ont servi) de support à de nombreux films dont la Chevauchée Fantastique, Rio Grande et autres productions récentes telles que « Cars ».

Nous partons pour la visite de Bryce Canyon National Park à une altitude de 2,500m. Immense arène à couper le souffle, en forme de fer à cheval d’une profondeur de 300 mètres. Il est considéré comme le plus beau parc de l’ouest américain.

Collège Henri Bosco Going to America

Les tons roses et ocre des aiguilles rocheuses « Hoodoos », sont le fruit de 60 millions d’années d’érosion. Cathédrales et flèches de pierres aux nuances et couleurs en perpétuel changement en fonction de l’heure et de l’exposition à la lumière du soleil. L’occupation humaine de la région remonte à une dizaine de milliers d’années mais aucune preuve archéologique n’indique pourtant que l’Homme y vécu en permanence. Les régions environnantes du parc étaient habitées par des peuplades précolombiennes entre le XIe siècle et le XIIe siècle, puis par des Amérindiens Paiutes, qui y limitèrent leurs activités à la chasse et la cueillette.

Les premiers explorateurs européens parviennent au sud de l’Utah à la fin du XVIIIe siècle et les premiers colons, des Mormons, s’y installèrent à la fin du XIXe siècle. Suite au travail que le charpentier Ebenezer Bryce effectuait dans la région, cette petite communauté nomma le lieu Bryce Canyon. Il s’agit cependant d’un amphithéâtre naturel et non d’un canyon. En 1928, Bryce Canyon et sa région environnante devinrent un parc national. Les membres du personnel du National Park Service, ont depuis pour mission de protéger les richesses du parc tout en accueillant et en sensibilisant le million de touristes qui visitent le parc chaque année.

Alexandre Jamay

La semaine prochaine direction Las Vegas

Items portfolio