Articles

Nutrition-santé : Manger moins de sucre tout en restant gourmand

sucre

 

Comment manger moins sucré, sachant que le sucre apporte des calories et aucun élément favorable à la santé.
Responsable des caries dentaires et de maladies comme le diabète, le sucre peut néanmoins être consommé en petite quantité car certains produits sucrés peuvent être associés à une alimentation favorable à la santé.

Reconnaître le sucre
Il existe 2 sortes de sucre, le « sucre visible » et le « sucre caché »
Le « sucre visible » est le sucre que l’on ajoute soi-même dans les boissons chaudes, les gâteaux, les desserts, en poudre ou en morceaux. On peut maîtriser la quantité.
Le « sucre caché »se retrouve dans certains aliments (lait, fruits) et dans certains produits courants tels que les barres chocolatées, les confiseries, les viennoiseries, les sauces (ketchup, barbecue). On ne maîtrise pas la quantité de sucre consommée.

Eviter le « trop sucré »
– Les sodas et les jus de fruits doivent être consommés raisonnablement car le sucre dans les boissons sucrées est plus vite absorbé par l’organisme.
– Les glaces seront consommées de façon exceptionnelle
– A la fin des repas, préférez les fruits ou les produits laitiers nature moins riches en sucre
– Le grignotage devant la télé ou l’ordinateur est à proscrire car on consomme du sucre ou du gras sans s’en rendre compte

Comment manger moins sucré
– limitez les boissons sucrées qui apportent beaucoup de calories ( un soda peut contenir jusqu’à 8 morceaux de sucre dans un seul verre)
– optez pour un soda « light »
– pendant les repas, buvez de l’eau de préférence

Comment finir le repas sur une note sucrée
– choisissez des produits laitiers simples (fromage blanc ou yaourts) et ajoutez-y un peu de sucre, de miel, de confiture
– finissez par un fruit mûr et de saison (en compote, entier, en salade,..)
– autorisez-vous 1 ou 2 carrés de chocolat de temps en temps

Comment éviter le grignotage la journée
– Vérifier que votre petit-déjeuner est suffisant
– préférez le pain aux céréales pour le petit-déjeuner
– consommer davantage de sucres lents (pâtes, riz, pain, pommes de terre)
– faites une pause goûter avec du lait, des produits laitiers ou céréaliers, des fruits

Tous ces réflexes s’adoptent dès le plus jeune âge, il est important d’apprendre aux enfants que les produits sucrés doivent être occasionnels et consommés en petite quantité.
Retrouvez plus d’infos sur le site : www.mangerbouger.fr

,

Les légumes de la terre… à l’assiette au collège André Malraux

vegetables1

 

Savez-vous d’où viennent les légumes que l’on retrouve dans nos assiettes au restaurant scolaire ?

C’est la question qui a été posée aux élèves de 6ème du collège André Malraux à la Farlède.
Curieux de connaître les différentes étapes entre le maraîchage (culture de légumes et de certains fruits) et leur assiette, les collégiens sont allés rencontrer un agriculteur de la commune de La Crau, Mr Cuissard, installé dans le quartier des Vannes, producteur de nombreux fruits et légumes tels que des salades, des tomates, des choux, des fraises,…

Depuis quelques années (janvier 2011), le conseil départemental encourage les collèges varois à favoriser les circuits courts de consommation  et à utiliser des produits locaux dans les menus proposés aux collégiens.
Rappelons que le circuit court est un circuit de distribution dans lequel intervient au maximum 1 intermédiaire entre le producteur de fruits ou de légumes et le consommateur.

Au collège André Malraux,  la rencontre entre les élèves et un agriculteur a été suggérée par les cuisiniers de l’établissement, Dominique Lemaire et Patrice Clavaud, en collaboration avec les professeurs de SVT.
Les enfants ont préparé l’événement  en classe avec l’aide de leurs professeurs : préparation des questions, recherches sur l’agriculture locale et les circuits courts.
En présence de Mr Cuissard, à La Crau, chacun a pu poser des questions utiles et pertinentes qui ont permis aux élèves de découvrir les intérêts fondamentaux de la consommation et son influence sur l’environnement ou le développement durable.
Les collégiens ont écouté très attentivement les explications de l’agriculteur et ont pris la mesure du « bien manger et manger local ».

Plus d’infos sur le site : www.mangerbouger.fr
Rendez-vous sur le site : www.var.fr

Vidéo • La famille Gaspi et les pizzas

Pourquoi s’attaquer au gaspillage alimentaire ?
Chaque année, un tiers de la nourriture produite dans le monde finit à la poubelle sans avoir été consommée.

L’alimentation représente 1/3 de l’impact sur l’environnement et de 20 à 30% des émissions de CO2.

Par exemple :
• Gaspiller un pain équivaut à laisser une lampe de 60W allumée pendant 30 heures.
• Jeter 1kg de bœuf revient à gaspiller l’eau nécessaire aux douches quotidiennes d’une personne pendant 1 an ou encore à bruler l’essence nécessaire pour parcourir 60 km en voiture.

Le gaspillage alimentaire est également un problème éthique : 1/7ème de la population mondiale souffre de la faim.

Comment éviter le gaspillage ?

• Avant les courses, faisons l’inventaire de nos réserves (frigo, congélateur, placards) et établissons une liste précise des achats à faire.

• Faisons nos courses après le repas ; on effectue moins d’achats compulsifs le ventre plein !

• Achetons les quantités dont nous avons besoin et évitons de nous laisser tenter par les promos superflues.

• Apprenons à bien comprendre les dates de consommation et en particulier la différence entre  :
– la date limite de consommation (DLC) , qui indique « à consommer avant le… »
Elle s’applique à des produits susceptibles, après une courte période, de présenter un danger pour la santé humaine, comme la viande vendue en barquette par exemple.

la date limite d’utilisation optimale (DLUO), qui indique « à consommer de préférence avant le… »
C’est le cas par exemple des gâteaux secs, ou encore des boites de conserve. Une fois la date passée, la denrée ne présente pas de danger mais peut en revanche avoir perdu tout ou partie de ses qualités : goût, texture…
Le dépassement de la DLUO ne rend pas l’aliment dangereux : l’aliment peut donc encore être commercialisé et consommé. Il n’est pas nécessaire de jeter les produits concernés quand la DLUO est dépassée, sauf en cas d’altérations du produit.

Sources : Institut bruxellois pour la gestion de l’environnementMinistère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, Save Food

Vidéo • La fille Gaspi fait des gâteaux

Chaque année, un tiers de la nourriture produite dans le monde finit à la poubelle sans avoir été consommée.
Pourquoi s’attaquer au gaspillage alimentaire ?

L’alimentation représente 1/3 de l’impact sur l’environnement et de 20 à 30% des émissions de CO2.

Par exemple :
• Gaspiller un pain équivaut à laisser une lampe de 60W allumée pendant 30 heures.
• Jeter 1kg de bœuf revient à gaspiller l’eau nécessaire aux douches quotidiennes d’une personne pendant 1 an ou encore à bruler l’essence nécessaire pour parcourir 60 km en voiture.

Le gaspillage alimentaire est également un problème éthique : 1/7ème de la population mondiale souffre de la faim.

Comment éviter le gaspillage ?

• Avant les courses, faisons l’inventaire de nos réserves (frigo, congélateur, placards) et établissons une liste précise des achats à faire.

• Faisons nos courses après le repas ; on effectue moins d’achats compulsifs le ventre plein !

• Achetons les quantités dont nous avons besoin et évitons de nous laisser tenter par les promos superflues.

• Apprenons à bien comprendre les dates de consommation et en particulier la différence entre  :
– la date limite de consommation (DLC) , qui indique « à consommer avant le… »
Elle s’applique à des produits susceptibles, après une courte période, de présenter un danger pour la santé humaine, comme la viande vendue en barquette par exemple.

la date limite d’utilisation optimale (DLUO), qui indique « à consommer de préférence avant le… »
C’est le cas par exemple des gâteaux secs, ou encore des boites de conserve. Une fois la date passée, la denrée ne présente pas de danger mais peut en revanche avoir perdu tout ou partie de ses qualités : goût, texture…
Le dépassement de la DLUO ne rend pas l’aliment dangereux : l’aliment peut donc encore être commercialisé et consommé. Il n’est pas nécessaire de jeter les produits concernés quand la DLUO est dépassée, sauf en cas d’altérations du produit.

Sources : Institut bruxellois pour la gestion de l’environnementMinistère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, Save Food 

Oui je sais, je n’ai pas un physique facile… Stop au gaspillage alimentaire !

anti gaspillage alimentaire au collège

Le gaspillage alimentaire est un véritable fléau ! En effet, on estime qu’à l’échelle de la planète, un tiers des aliments produits pour la consommation humaine est perdu ou gaspillé : ces pertes concernent environ 1,3 milliard de tonnes de denrées alimentaires.

Nous pouvons tous lutter contre le gaspillage alimentaire, il y a urgence.
Ne gaspille pas la nourriture au restaurant scolaire du collège ni à la maison, grâce à de petits gestes quotidiens tu contribueras à préserver la planète, ta planète.

Dis stop au gaspillage alimentaire 😉

www.alimentation.gouv.fr

Campagne de sensibilisation menée par le ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt

Stop au gaspillage alimentaire ! Quoi ma gueule, qu’est-ce qu’elle a ma gueule ? ;-)

anti gaspillage alimentaire au collège

Le gaspillage alimentaire est un véritable fléau ! En effet on estime qu’à l’échelle de la planète, un tiers des aliments produits pour la consommation humaine est perdu ou gaspillé : ces pertes concernent environ 1,3 milliard de tonnes de denrées alimentaires.

Nous pouvons tous lutter contre le gaspillage alimentaire, il y a urgence.
Ne gaspille pas la nourriture au restaurant scolaire du collège ni à la maison, grâce à de petits gestes quotidiens tu contribueras à préserver la planète, ta planète.

Dis stop au gaspillage alimentaire 😉

www.alimentation.gouv.fr

Campagne de sensibilisation menée par le ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt