Articles

,

Zoom sur l’échange linguistique entre le collège Marcel Pagnol et Eching

Echange linguistique entre le collège Marcel Pagnol et Eching (Allemagne)

Depuis 3 ans, vingt élèves de 4° et 3° du collège Marcel Pagnol de Toulon participent avec leur professeur d’allemand Mme Souligoux à un échange linguistique avec des élèves de l’Imma-Mack-Relaschule d’Eching en Bavière.
L’objectif de cet échange est évidemment de progresser dans la langue grâce à deux rencontres par an et au travers de projet pédagogique commun.
Les élèves ont pu échanger par mail et/ou réseaux sociaux pour faire connaissance dès le mois de novembre.

Cette année le projet pédagogique primé par l’OFAJ, était Mon premier slam. La différence, c’est quoi ?
Toutes les différences pouvaient être abordées : sexe, religion, racisme, pays, culture, traditions…
Le travail s’est fait dans un premier temps à Toulon avec une intervenante spécialiste du slam.

Durant l’échange qui a eu lieu à Toulon du 30 janvier au 7 février, les élèves français ont présenté leurs slams à leur correspondants, puis le travail d’écriture a repris cette fois sur les différences entre le quotidien des élèves dans leurs établissements respectifs.

Le programme culturel a été, lui aussi, bien rempli avec une découverte de la ville de Toulon grâce à un rallye, une visite au Musée de la marine, une sortie au village du Castellet, une autre sur l’île des Embiez, bien sûr le marché Provençal a été un détour indispensable.

Ils se sont tous quittés déçus et languissants de se retrouver à Eching le 8 mai prochain.


Didier Delozanne, principal du collège Marcel Pagnol

,

Le collège Marcel Pagnol a mis ses baskets

Collège Marcel Pagnol

En octobre dernier, les 400 collégiens du collège Marcel Pagnol de Toulon ont mobilisé toute leur énergie pour venir en aide à l’association ELA (Européenne contre les Leucodystrophies).
En participant à cette journée citoyenne et solidaire « Mets tes baskets et bats la maladie à l’école », ils ont souhaité avant tout manifester leur soutien au travail des chercheurs.

Les élèves ont découvert « Changer le monde », la 10e Dictée d’ELA rédigée cette année par l’écrivain Joël Dicker (Prix Goncourt des Lycéens 2012).
Ce premier volet a permis à l’écrivain Jacques SERENA de revêtir l’habit de professeur d’un jour en présence de madame Panza, Présidente locale de l’association.
Une façon originale d’instaurer dans les classes un moment de réflexion et d’échange autour de la maladie, du handicap et de la solidarité.

S’en est suivie une autre manifestation, sportive cette fois, notamment une épreuve de course d’orientation par binôme composé d’un élève de 6ème et d’ un élève de 4ème et un élève de 5ème associé à un élève de 3ème.

L’idée est simple : les élèves prêtent symboliquement leurs jambes à leurs camarades qui ne peuvent plus s’en servir et prouvent ainsi au plus grand nombre que l’effort est créateur de solidarité. Un exemple à suivre…

Un autre atelier a également permis aux élèves et aux adultes de l’établissement de se rappeler les règles qui permettent de vivre ensemble dans l’espace scolaire et d’aider chacun à comprendre le sens de ces règles, à se les approprier et à les respecter, à travers la charte de la laïcité à l’école.

Cette journée bien remplie a véhiculé un esprit de communauté scolaire et un renforcement des relations tant entre enfants qu’entre adultes.
Voir des enfants impliqués et heureux constitue une raison d’agir et une satisfaction professionnelle légitime, un « rayon de soleil » qui éclaircit l’horizon d’un quotidien parfois difficile.

Didier Delozanne, chef d’établissement

Collège Marcel Pagnol

,

La magnifique fresque du collège Marcel Pagnol

Au départ, c’était un défi : créer l’identité visuelle du collège Marcel-Pagnol, situé en plein centre-ville de Toulon.

A l’arrivée, l’objectif est plutôt bien atteint : la fresque que les élèves ont réalisée illustre les deux thématiques choisies – les œuvres du maître liées à l’enseignement et la liberté par le savoir.
Mais elle ancre aussi l’établissement dans son contexte urbain, à deux pas de la place de la Liberté et face au théâtre du même nom.

Quelque 80 collégiens de toutes les classes, volontaires entre midi et 2, ont participé sur deux années scolaires à ce projet qui bénéficiait de crédits européens.
Sous la houlette de Michel Regis, professeur d’arts plastiques, ils ont appris avec plaisir à « travailler en grand » pour « représenter leur vie d’élève ». Sans bouder leur satisfaction d’être « dehors », c’est-à-dire hors les murs de la classe, ils n’ont pas ménagé leurs efforts.

Le résultat le prouve !

Cliquer sur les images pour les agrandir