Articles

,

Les 4ème6 de Maurice Ravel au Fort Lamalgue – 1ère partie

Quelle étonnante sortie ! Si proches du collège et pourtant si éloignés de notre quotidien scolaire… Passés ces murs, il nous sembla mettre un pied dans la réalité d’un métier qui suscite l’admiration de bon nombre d’entre nous.
Dès la sonnerie nous nous sommes attroupés avec ferveur pour notre deuxième sortie annuelle très officielle ; on nous avait demandé pour cela de soigner notre mise, tout en prévoyant de bonnes chaussures de marche, de quoi prendre des notes et des vêtements de pluie étant donné la météo…
C’était une visite très solennelle précédée de démarches administratives auxquelles nous étions soumis pour la première fois : en effet, plusieurs jours auparavant nous avions dépoussiéré nos cartes d’identité et passeports – qui n’avaient parfois jamais servi avant ça – afin de justifier notre identité et laisser la trace indélébile de notre passage.

Nous, qui d’ordinaire n’étions que des gamins aux yeux des adultes, fûmes accueillis comme des diplomates avec chocolats chauds, biscuits et infinies attentions qui nous réchauffèrent le cœur par ce matin pluvieux. Une salle de conférence avait été aménagée dans un réfectoire au premier étage d’un long bâtiment qui encadre une large cour ; les chaises étaient disposées en arc de cercle ; un écran et son vidéo-projecteur attendaient pour nous enseigner tous les détails des métiers de la Marine et le rôle du Fort Lamalgue dans l’Histoire toulonnaise
Nos yeux émerveillés trahirent alors notre candeur ; nous étions à la fois gênés et flattés d’être traités comme les hôtes de marque de ces lieux qui nous inspiraient une crainte respectueuse. Pris au sérieux pour la première fois parmi des hôtes aguerris qui nous intimidaient, nous remerciâmes sans y être obligés et écoutâmes notre leçon du jour en faisant les bons élèves.

Le commandant adjoint François Cloutour, au sourire à la fois discret et bienveillant, était vêtu d’une tenue assez solennelle : chemise blanche et galons ; il nous parla de sa carrière et de cette vie aventurière qui suscita toute notre attention.

Suite à cette passionnante présentation, nous allons succinctement vous rappeler les grandes dates de la belle bâtisse en forme d’étoile que l’on nomme : Fort Lamalgue !

Un lieu stratégique
Quand ?

1707
Invasion austro-hongroise, Antoine Niquet souligne la nécessité d’édifier des forts le long de la côte pour protéger Toulon.

A partir de 1720
Multitude de projets pour protéger la hauteur de Lamalgue.

1746
Milet de Monville rédige un projet général de défense

5 novembre 1764
Pose de la première pierre du Fort et ensevelissement des boites plomb contenant des médailles et parchemins, scellées à tout jamais dans les fondations du Fort.

1789
Achèvement du Fort

Où ?
Dans l’actuel quartier du Mourillon, sur une hauteur de 50 mètres au-dessus de la mer et surplombant la plage des Vignettes, se tapit le Fort Lamalgue.
Sur la colline qui porte le même nom, il faut en araser le sommet pour y construire les fondations. On déblaie une quantité impressionnante de terre : de 10 à 20 mètres de hauteur dans certains endroits…

A suivre…

,

Des collégiens à bord du Var

etre pour marin pour un collégien

En partenariat avec l’Inspection académique et le Conseil Général du Var, le capitaine de frégate, François Pungier, invite les collégiens varois à découvrir les métiers de la Marine à bord de son Bâtiment de Commandement et de Ravitaillement, le Var.

Les premiers collégiens à vivre cet appel du large ont été les élèves de 6ème de la classe Défense du collège George Sand à Toulon.
Rappelons que Toulon est la 1ère base de défense de France. Cela représente une opportunité pour les jeunes. En effet, chaque année, 3 000 postes sont accessibles aux jeunes français âgés de 16 à 29 ans du niveau 3ème à bac + 7.
L’Ecole des Mousses a rouvert ses portes depuis 4 ans à Brest et à Saint-Mandrier.

A bord du Var, sur 160 hommes embarqués, on recense une trentaine de métiers :
des métiers liés à la mécanique et la maintenance (mécanicien, électricien, informaticien), des métiers liés à l’aéronautique (pilote, électrotechnicien, mécanicien), des métiers liés à la sécurité (pompier, infirmier, médecin), métiers liés au soutien de l’homme (maître d’hôtel, cuisinier, commis).

Peu importe le niveau de qualification lors du recrutement, la Marine donne une chance de carrière à tous et recrute en permanence pour maintenir une armée jeune.
Le métier de marin est un véritable engagement, pour plus de renseignements, rendez-vous sur le site.

www.etremarin.fr