Articles

,

Le collège Maurice Ravel au Musée de la Marine

Collège Maurice Ravel au Musée de la Marine à Toulon
La Marine est constituée de 5 corps de métiers : la Marine nationale et ses navires gris, la Marine marchande, la Marine de pêche, la Marine de plaisance, la Marine scientifique à la couleur blanche si caractéristique. D’abord « Marine royale » sous Louis XV, créée par Richelieu en 1624, la Marine devient « nationale » à la Révolution. Elle est basée dans 3 lieux différents : Brest, Cherbourg et Toulon.

_______________________________________

☺ Le saviez-vous ?
Babord désigne la gauche, Tribord désigne la droite sur un navire.
Mots qui émanent du mot batterie décliné en deux termes.

_______________________________________

Le collège Maurice Ravel au Musée de la Marine à Toulon

Une rade, un trésor stratégique

La Rade circulaire de Toulon est la plus vaste d’Europe et la plus sûre ! Ses eaux sont suffisamment profondes et le relief montagneux et végétal de Saint-Mandrier est un obstacle naturel pour tout ennemi. En 1798, Napoléon a pu y faire pénétrer 300 navires au moment de son expédition en Egypte sans y être à l’étroit !
Toulon devient le théâtre d’un dramatique épisode pour sa flotte armée le 27 novembre 1942, lorsque le troisième Reich envahit Toulon et que l’Amiral est fait prisonnier à 4h25 par les Allemands au fort Lamalgue ; ordre est alors donné de saborder la totalité des Forces de haute mer présents dans la Rade : à 6h30 les explosions se succèdent, à 7h00 tout est terminé.

De nos jours, c’est dans une partie de cette enceinte naturelle que se trouve l’arsenal de Toulon ; appelé désormais Base navale, elle possède une superficie de 273 hectares et 3 entrées à l’ouest, au Nord et à l’Est. 2 000 entreprises dans la région PACA travaillent pour la Base et 20 000 personnes y entrent et sortent chaque jour !

_______________________________________

☺ Le saviez-vous ?
 Le mot « sabord », si cher au Capitaine Haddock dans son expression célèbre :
« Mille milliards de mille sabords ! » désigne l’ouverture vers la mer
depuis lequel les canons vomissent leur charge meurtrière.

_______________________________________

La construction d’un navire

La frégate de 36 canons et le vaisseau de 74 canons sont des navires de guerre. Ces navires d’autrefois sont réalisés en bois de chêne car ce bois ne pourrit pas au contact de l’eau ; l’inconvénient c’est qu’il est très couteux : il faut une forêt tout entière, soit 3 500 chênes, pour réaliser un seul de ces navires et chaque tronc doit mesurer 1 mètre de circonférence soit 1 siècle de maturité ! D’autre part, la Méditerranée ayant un coefficient de marée pratiquement nul, un navire ne peut être mis à flots une fois terminé en raison de son poids conséquent… il s’agit tout d’abord de réaliser la coque et par la suite d’achever sa construction une fois sur l’eau. En effet, il faut imaginer la masse de matériaux et matériel qui venait compléter le vaisseau : mâts, ancres, voilage dont la plus grande mesure 15 x 35 mètres, cordages (environ 120 km) une centaine de tonnes d’armement sans compter les 74 canons pesant 3,5 tonnes pièce, plus de 600 animaux pour la table, 115 tonnes de vivres solides, 310 000 litres de vivres liquides et de 500 à 700 hommes venant compléter l’équipement indispensable. Si ces vaisseaux devaient déjà supporter un tel poids, il faut imaginer qu’ils devaient affronter aussi les tempêtes ! Ce type de navire en mer atteignait la hauteur prodigieuse d’un bâtiment de 20 étages !

_______________________________________

☺ Le saviez-vous ?
En combien de temps construisait-on les navires ?

Il fallait environ 7 mois pour construire une frégate à Toulon et un peu moins
de 2 ans pour un vaisseau : un temps relativement court au vu de la complexité du travail !

_______________________________________

Les mâts en pin ou sapin étaient dressés à l’aide de machines manipulées par les bagnards qui fournissaient une main d’oeuvre des plus économiques pour des travaux ingrats que nul ne souhaitait pratiquer. Une fois terminé, le bateau atteignait bientôt la taille d’un immeuble de vingt étages !

Un nouveau type de bateau apparaît à l’ère de l’Industrialisation : le premier cuirassé du monde a été réalisé à Toulon par l’ingénieur militaire du génie maritime Henri Dupuy de Lôme en 1859. Ce navire à coque de fer répondait aux progrès de l’armement avec ses canons à obus, dont seule une épaisse cuirasse permettait de s’en défendre.

Le collège Maurice Ravel au Musée de la Marine à Toulon

Le peintre de la Marine

Le peintre de la Marine se distingue par un détail qui n’est pas des plus insignifiants : l’ancre qui termine sa paraphe au bas de la toile lui confère un statut honorifique et officiel qui lui garantit un grade au sein de la flotte : celui d’Enseigne de Vaisseau ou commissaire de marine par exemple ainsi que l’opportunité d’embarquer aux frais de la Marine nationale pour réaliser des œuvres qui une fois terminées lui appartiendront totalement ! La présence de cette ancre sur chaque toile est un label de qualité et triple la valeur du tableau !

Le collège Maurice Ravel au Musée de la Marine à Toulon

_______________________________________

☺ Le saviez-vous ?
La galère est un navire à faible tirant d’eau et d’une capacité de plus de 400 hommes.
Employée en Méditerranée et pendant la belle saison, elle était actionnée par la force musculaire d’esclaves ou repris de justice. Chaque rame mesurait 12 mètres de long et pesait 700 kg ;
elle nécessitait l’énergie de 7 personnes enchainées les unes aux autres.

_______________________________________

Le collège Maurice Ravel au Musée de la Marine à Toulon

Le peintre de la Marine en France est un titre reconnu pour les plus grands peintre, photographe, graveur et sculpteur qui ont consacré leur talent à la mer, à la Marine et gens de la mer. C’est une reconnaissance attribuée pour une période de 3 ans renouvelable pour les 20 meilleurs peintres !
Le tableau de Roger Chapelet présent au musée de la Marine de Toulon montre le retour en rade de Toulon des navires de guerre qui pavoisent les couleurs françaises. Les cuirassés du premier plan accusent les années de guerre avec le cabossage des coques et les taches orangées formées par la rouille agressant son aspect. La mer chatoyante reflète les couleurs chaudes d’un ciel inhabituellement brun et les montagnes s’effacent dans le lointain pour donner la vedette aux navires fourbus et fiers ! Maladresse de l’artiste ? Non, Chapelet rend hommage au cuirassé « La Gloire » à l’extrême droite du tableau. Dans le lointain, le croiseur laisse apparaître sa silhouette volontairement disgracieuse : le bâtiment se présentait sous un camouflage particulier destiné à tromper l’ennemi.

_______________________________________

☺ Le saviez-vous ?
Si les plus hautes vagues atteignent 9 mètres en Méditerranée, il faut multiplier cette
hauteur par deux dans l’océan. Par ailleurs, il existe des vagues dites « scélérates »
dont la taille atteint 30 mètres de hauteur ; elles sont imprévisibles.
La plus grande observée à ce jour mesurait 34 mètres !

_______________________________________

Le collège Maurice Ravel au Musée de la Marine à Toulon

,

Des collégiens à bord du Var

etre pour marin pour un collégien

En partenariat avec l’Inspection académique et le Conseil Général du Var, le capitaine de frégate, François Pungier, invite les collégiens varois à découvrir les métiers de la Marine à bord de son Bâtiment de Commandement et de Ravitaillement, le Var.

Les premiers collégiens à vivre cet appel du large ont été les élèves de 6ème de la classe Défense du collège George Sand à Toulon.
Rappelons que Toulon est la 1ère base de défense de France. Cela représente une opportunité pour les jeunes. En effet, chaque année, 3 000 postes sont accessibles aux jeunes français âgés de 16 à 29 ans du niveau 3ème à bac + 7.
L’Ecole des Mousses a rouvert ses portes depuis 4 ans à Brest et à Saint-Mandrier.

A bord du Var, sur 160 hommes embarqués, on recense une trentaine de métiers :
des métiers liés à la mécanique et la maintenance (mécanicien, électricien, informaticien), des métiers liés à l’aéronautique (pilote, électrotechnicien, mécanicien), des métiers liés à la sécurité (pompier, infirmier, médecin), métiers liés au soutien de l’homme (maître d’hôtel, cuisinier, commis).

Peu importe le niveau de qualification lors du recrutement, la Marine donne une chance de carrière à tous et recrute en permanence pour maintenir une armée jeune.
Le métier de marin est un véritable engagement, pour plus de renseignements, rendez-vous sur le site.

www.etremarin.fr