Articles

,

Frédéric Mistral était au collège de la Vallée du Gapeau

Collège Vallée du Gapeau

Le collège de la Vallée du Gapeau a reçu une visite portant haut les couleurs de la Provence, celle de Gérard Pascal, ancien professeur de SVT, membre du Felibrige et grand spécialiste du célèbre auteur provençal Frédéric Mistral.

Animant une conférence auprès des collégiens, Gérard Pascal a partagé sa passion en présentant une riche exposition aux classes de 6ème et 5ème Patrimoine, Art de la scène, Atelier média.

Au vu des écrits des élèves, nul doute que cette conférence fut très instructive !

Exposition Frédéric Mistral au Collège
Cette année l’association Félibrige célèbre le centenaire de la mort de Frédéric Mistral. M. Pascal, un membre de l’association est venu dans différents établissements scolaires comme le collège de la Vallée du Gapeau pour présenter aux élèves ce célèbre auteur. Dans le C.D.I du collège ont été exposées différentes affiches sur la vie de Frédéric Mistral. Plusieurs classes comme les 6° et 5° Art de la Scène, Média et Patrimoine ont eu la chance d’assister à cette conférence et de faire des articles sur ce célèbre auteur provençal.

Ophélie et Maxence

 Collège Vallée du Gapeau

Biographie de Frédéric Mistral
Frédéric Mistral est né le 8 septembre 1830 au mas du Juge à Maillane.
C’est le fils de François Mistral et d’Adélaïde Poulinet.
Il était élève à l’école primaire de Maillane de 1838 à 1839, il n’allait pas tous les jours à l’école : Il faisait souvent l’école buissonnière.
En 1840 il est placé par ses parents dans une école privée puis en pensionnat à Avignon.
En 1847 il passe avec succès son baccalauréat à Nîmes.
En 1848, il part faire ses études de Droit à Aix en Provence.
En 1851 il rentre à Maillane avec sa licence de Droit en poche.
Mais il décide de devenir poète pour défendre la langue provençale avec le soutien de ses parents.
Il écrira de nombreuses œuvres en langue provençale.
En 1855, son père meurt et Frédéric Mistral quitte le mas du Juge pour aller vivre avec sa mère dans une maison de village.
Le 27 septembre 1876 il épouse Marie Louise Aimée Rivière à Dijon.
Il obtient le prix Nobel de Littérature en 1904.
Frédéric Mistral meurt le 25 mars 1914 à l’âge de 83 ans.
Pour conclure il est né en 1830 et meurt en 1914.
Frédéric Mistral était un écrivain provençal.

Lilou et Lisa

Collège Vallée du Gapeau

Le mas du juge
Nous parlons du Mas du Juge, car nous avons eu une intervention sur la vie de Frédéric Mistral. Nous avons appris que Frédéric Mistral est né au Mas du Juge, qui est une bâtisse très importante, située à Saint-Rémy de Provence. La mère de Frédéric Mistral a reçu ce domaine de la femme d’un procureur du roi, on l’appelle aussi le prince de Monaco. Les deux frères Mistral, (François et Joseph) l’achètent le 4 décembre 1803.
En 1811 François sera le seul propriétaire du Mas du Juge.

Manon et Annabelle

Collège Vallée du Gapeau
La rencontre essentielle entre Mistral et Roumanille

Monsieur Roumanille était surveillant et professeur au collège Dupuy où Mistral étudiait.
Leur première rencontre eut lieu un dimanche quand ils chantaient les vêpres.
Frédéric Mistral eut l’idée de traduire en vers provençaux, les psaumes de la pénitence.
Il vint derrière Frédéric Mistral, il attrapa le papier que Mistral utilisait pour écrire.
M. Roumanille, fut étonné que Mistral s’amuse ainsi.
Et il avoua que lui aussi faisait des vers provençaux et c’est comme ca que leur amitié est née.

Lucie et Manon

Collège Vallée du Gapeau

L’œuvre de Mistral
Nous allons vous parler de l’œuvre de ce grand monsieur de la littérature.
Mistral a écrit en particulier «Mirèio» qui signifie Mireille en provençal en 1859. Cette œuvre est écrite en vers et est l’une de ses plus connues. L’œuvre de «Mirèio» raconte l’histoire de Mireille, une jeune fille de 15 ans qui vit dans une famille riche. Cette jeune fille et Vincent, un jeune vannier modeste, tombent amoureux. Les parents de Mireille sont furieux de son choix. Mireille, désespérée, s’enfuit de chez elle et meurt d’une insolation aux Saintes-Maries-de-la-Mer.
Il a aussi écrit «Calendau» en 1867. Cette poésie est écrite en vers. Ses œuvres parlaient essentiellement de la Provence. Mistral a reçu le Prix Nobel de littérature en 1904 pour l’ensemble de ses œuvres poétiques.

Emma et Marine

Collège Vallée du Gapeau

La naissance du Felibrige
Le Félibrige est une association qui défend la langue et la culture provençales. Les membres du Félibrige sont les félibres. Le Félibrige fut créé en 1854 au château de Font Ségugne, dans le Vaucluse par Frédéric Mistral, Joseph Roumanille, Théodore Aubanel et quelques autres auteurs provençaux pour restaurer la langue provençale. Une des œuvres principales du Félibrige fut le premier dictionnaire provençal-français, Trésor dou Félibrige. Aujourd’hui le Félibrige existe encore et son siège social se trouve à Arles.

Quentin et Axel

 Collège Vallée du Gapeau

Mistral et les fêtes provençales
Mistral avait à cœur les traditions familiales surtout celles liées à la période qui précède Noël. Avant Noël, Mistral et sa famille allaient chercher la bûche traditionnelle en bois qui provenait d’un arbre fruitier d’autrefois. Le père de Mistral répandait sur la bûche un verre de vin cuit en prononçant quelque prière. A la veille de Noël la famille Mistral préparait la table, les 13 desserts et la tradition du blé planté le jour de la Sainte-barbe le 4 décembre que l’on coupe dans la nuit du 24 au 25 après la messe de minuit. La table était couverte de 3 nappes blanches 3 pour les 3 personnes de la trinité avec 3 chandeliers blancs allumés et 3 trois soucoupes de blé germé de la Sainte-barbe. Surtout pas de gui réputé pour porter malheur.
Petit rappel des 13 desserts : figues sèches, amandes, raisin sec, noix, dattes, nougat, la fougasse à l’huile d’olive, la pâte de coings, des oreillettes, les fruits : mandarines, oranges, poires, raisins, melons divers…

Capucine et Maé

Collège Vallée du Gapeau

La Fèsto Vierginenco
Le 17 mai 1903 Mistral institue la première «festo vierginenco » à ARLES, il s’agit d’un rassemblement ou les jeunes filles d’Arles d’environ 15 ans et leurs costumes sont mis à l’honneur. Le costume provençal est en voie de disparition car la mode parisienne a pris le dessus. Pour inciter les provençales à se distinguer, à réveiller « leur âme de provençale ».
Mistral a l’idée de créer une grande fête populaire où le costume traditionnel est acclamé par la foule.

Celia et Laurena