Articles

Ateliers de sensibilisation à l’architecture, au territoire avec le CAUE Var

Sensibilisation au patrimoine varois

Le Conseil d’Architecture Urbanisme Environnement Var (CAUE) et le Département proposent aux collégiens des ateliers de sensibilisation à l’architecture, l’environnement et au patrimoine.
Ces actions permettent au jeune public de découvrir l’urbanisme et les paysages et leur donnent l’occasion d’explorer les trésors du patrimoine varois.
Le Département participe et finance chaque année ces activités pédagogiques pour les collégiens.
Voici en avant-première les nouvelles thématiques pour le millésime 2017-2018.

Ateliers 2017-2018

Atelier 1
A la découverte architecturale de l’abbaye du Thoronet (sensibilisation des élèves à l’architecture romane cistercienne)
Atelier 2
A la découverte de l’architecture contemporaine varoise (collège Frédéric Montenard à Besse, Pôle culturel Chabran à Draguignan, Collège Paul-Emile Victor à Vidauban… 14 bâtiments à visiter avec un architecte)
Atelier 3
A la découverte de l’architecture du XXème à Toulon (exploration, observation, analyse des réalisations du XXème siècle. Compréhension de leur aspect historique, sociologique et architectural)
Atelier 4
Cheminement urbain (sensibilisation à l’urbanisme et à l’architecture en milieu urbain, en centre-ville ou coeur de village)
Atelier 5
A la découverte architecturale du patrimoine fortifié varois (sensibilisation à plus de quatre siècles d’histoire et à l’architecture défensive)
Atelier 6
A la découverte des paysages hyèrois (lecture et analyse des paysages varois)

Inscriptions aux ateliers

Les enseignants intéressés par ces ateliers devront répondre avant le 30 septembre 2017 au CAUE Var. Ils devront joindre une lettre de motivation avec l’intitulé du projet d’établissement dans lequel insérer l’atelier choisi.
Le programme est pris en charge par le CAUE Var dans le cadre de sa mission de sensibilisation en milieu scolaire, en partenariat avec le Département.
Les ateliers débuteront à partir du mois de janvier 2018.

En savoir plus

Rassemblement de 560 élèves varois à propos du risque inondation

560 élèves réunis au gymnase Paul-Emile Victor

Le Département du Var agit afin de sensibiliser les élèves au risque inondation avec le Programme d’Actions de Prévention des Inondations (PAPI). Sept classes de collégiens et douze classes de primaires ont travaillé sur les impacts environnementaux, économiques et sociaux des inondations, en juin dernier.
560 élèves se sont réunis dans le gymnase du collège Paul-Emile Victor  pour présenter leurs travaux sur la prévention du risque inondations sous forme de stands : parmi ces élèves, des élèves des collèges La Peyroua (le muy), Lei Garrus (Saint Maximin), Jean Cavaillès (Figanières), Paul Emile Victor (Vidauban).
Par exemple,une classe de 5ème du collège de Figanières  a étudié les fonctions de la ripisylve, cette végétation que l’on trouve autour des rivières, les roches, etc..
Quatre réalisations ont été sélectionnées par rapport à des critères esthétiques, techniques et d’animation et les élèves se sont vus récompenser.

Le PAPI en quelques mots

Suite aux inondations de juin 2010 et novembre 2011, le Conseil départemental a élaboré un Programme d’Actions de Préventions des Inondations (PAPI).
Le PAPI c’est :
– une démarche globale  de  l’ensemble des acteurs du territoire avec l’objectif commun de diminuer les dommages liés aux inondations.
– un programme d’actions
– un label garantissant l’adéquation entre les enjeux, les moyens humains, financiers mis en oeuvre dans cette lutte contre les inondations.
– une convention de partenariat entre l’Etat et les acteurs engagés dans cette démarche.
Le Département finance 20 % de ce programme.

En savoir plus

Collège Leï Garrus
Collège La Peyroua
Collège Jean Cavaillès
Collège Paul-Emile Victor

 

Des kits pédagogiques anti-moustiques dans les collèges

Information et sensibilisation des usagers

Le Conseil départemental du Var propose des kits pédagogiques dans les collèges  dans le cadre de sa mission de veille sanitaire et de lutte contre le moustique-tigre.
Le Département s’est également lancé dans un processus de sensibilisation et d’information des usagers et des collectivités publiques varois afin de lutter contre la colonisation de ce nuisible sur tout le territoire.
Chacun prendra ainsi conscience du rôle de chacun en tant que citoyen, dès le plus jeune âge, pour tenter d’enrayer la multiplication de l’espèce.
La particularité du Aedes albopictus ou moustique-tigre réside dans sa capacité à transmettre des virus tels que le chikungunya, la Dengue ou encore le zika.
Or, la transmission de ces virus ne représente qu’une faible partie des nuisances liées à sa facilité d’adaptation et sa prolifération incontrôlable.

Distribution de kits pédagogiques dans les collèges

Pour étendre l’information à un plus large spectre, le Conseil départemental propose de mettre à disposition des enseignants des kits pédagogiques d’élevage de larves de moustique-tigre spécialement conçus pour l’apprentissage du cycle de vie de l’Aedes albopictus.  Grâce à ces kits, chaque élève pourra s’approprier les connaissances et les gestes  de bonne pratique nécessaires pour lutter contre ce fléau.
Ces kits pédagogiques ont été élaborés par l’EID (Entente Interdépartementale de Démoustication de la Méditerranée), un opérateur public de démoustication, une institution dont fait partie le Département du Var.  Cette démarche pédagogique est basée sur le volontariat en partenariat avec l’Education nationale.
Dans le Var, 12 kits sont distribués aux enseignants volontaires qui peuvent intégrer cette présentation spécifique dans leur programme de SVT ou encore dans leur projet éducatif de développement durable.

Pour tout renseignement, contacter Marie-Flore Lassonery au 04 83 95 02 02

En savoir plus

La semaine des mathématiques du 13 au 19 mars 2017

La semaine des mathématiques

Du 13 au 19 mars 2017 se déroule la « semaine des mathématiques ».
C’est la 6ème édition et le thème de cette année est « mathématiques et langages ».
Les élèves des écoles, des collèges et des lycées de France vont pouvoir explorer les relations entre les mathématiques et les langages.
Cet événement montrera aux élèves, aux parents d’élèves et au grand public une image plus attractive des mathématiques.
Chaque année, la semaine des mathématiques veille à sensibiliser le public à l’aspect culturel des mathématiques, à prouver son rôle essentiel dans l’Histoire de l’humanité, à donner une explication scientifique du monde.

Le rôle essentiel des mathématiques

5 objectifs sont fixés pendant cette semaine des mathématiques :

  • proposer une image plus moderne et vivante des mathématiques
  • insister sur l’importance des mathématiques dans l’éducation et la formation des citoyens ( le raisonnement, la structure de la pensée,..), dans la vie quotidienne (l’écriture, les nombres, les formes, les mesures, les sciences du numérique,..).
  • présenter différents métiers et diverses disciplines dans lesquels les mathématiques ont un rôle fondamental que ce soit dans le domaine scientifique, technique ou artistique (musique, arts visuels, littérature,..).
  • développer chez les élèves le goût de l’effort, la persévérance, le respect, l’envie de progresser…
  • montrer le côté esthétique des mathématiques (plaisir et créativité)

Quelques dates

mardi 14 mars 2017 : journée de Pi
mercredi 15 mars 2017 : épreuves des 17èmes olympiades de mathématiques
vendredi 17 mars 2017 : ouverture du forum des mathématiques vivantes
du 13 au 19 mars 2017 : rallyes académiques des IREM
lundi 13 mars 2017 : congrès Math-en-Jeans

Actions académiques

Des actions éducatives seront proposées dans plusieurs académies :  résolutions « d’une énigme par jour », rallyes mathématiques et Calculatrice écoliers-collégiens, concours Drôles de Maths, accueil d’un Planétarium gonflable, atelier de codage Scratch, expositions de travaux de lycéens, journée Pi Day, animations dans les centres Canopé de Nice et Toulon…

En savoir plus

 

,

Réduire le gaspillage alimentaire au collège, c’est possible !

gaspillage alimentaire

 

Réduire le gaspillage alimentaire au restaurant scolaire, c’est possible !
Les collèges varois s’y intéressent de près grâce à une opération menée par le Conseil départemental qui vise à sensibiliser les élèves et les équipes de cuisine sur ce sujet.
Sur l’ensemble des collèges varois, on estime à 900 tonnes, la quantité de déchets générée par le gaspillage alimentaire.

Les objectifs d’une telle opération 
– une meilleure gestion des déchets
– une économie sur l’achat des matières premières
– l’achat de produits locaux frais et de saison
– une amélioration de l’équilibre alimentaire

A ce titre, 4 collèges ont tenté l’expérience sur 4 semaines : le collège Alphonse Daudet (la Valette du Var), le collège Jean Moulin (Brignoles), le collège Victor Hugo (Gassin) et le collège Henri Nans (Aups).
Pour réduire le gaspillage alimentaire, un programme d’accompagnement a été mis en place selon un calendrier bien défini.

Une opération anti-gaspi sur 4 semaines
1ère semaine : 1ère pesée effectuée pendant la préparation des plats et lors des retours-plateaux  des demi-pensionnaires.
Ces pesées sont ensuite analysées, les causes du gaspillage alimentaire sont identifiées, un plan d’action est établi et les convives sont sensibilisés au moyen d’affiches et d’ateliers.
2ème semaine : projection d’ un diaporama  sur le gaspillage mondial, quiz , interviews des collégiens, solutions et améliorations possibles.
3ème semaine : projection d’un diaporama « lutte contre le gaspillage dans ton collège », résultats de la 1ère pesée, enquête au restaurant scolaire, top 15 des suggestions et ressenti des collégiens,…
4ème semaine : 2ème pesée et observation d’ une éventuelle réduction des déchets, analyse de l’impact des animations et  actions mises en place.

Quelques chiffres…
Gaspillage constaté lors du retour des plateaux des convives dans 1 collège
72 kg de nourriture jetés par les convives chaque jour
21 % des aliments préparés par l’équipe de cuisine sont jetés
1 plat représente 19 % du gaspillage
Le pain représente 62 % du gaspillage

Solutions suggérées par les collégiens contre le gaspillage
– faire des plats que l’on aime
– réduire la taille des plats
– proposer plus de variété
– demander la quantité que l’on souhaite
– élaborer les menus avec les élèves
– se servir soi-même pour prendre la quantité désirée

Quelques réactions des collégiens à propos des repas
59 % des élèves sont satisfaits des repas (présentation des plats, choix, qualité, équilibre alimentaire,…)
53 % des élèves sont satisfaits de l’environnement des repas (accueil, attente au self, durée des repas,…)
53 % des élèves sont satisfaits de la salle de restauration (ambiance, propreté, confort,…)
56 % des élèves sont dans l’ensemble satisfaits de la restauration

Les collégiens interrogés sont tout à fait conscients de leur gaspillage puisque 62 % des collégiens ont répondu  : »oui, je gaspille un peu de nourriture. »

Les enseignants sont sollicités pour sensibiliser les élèves au gaspillage alimentaire dans leur matière respective.

Bravo à tous les participants !

affiche sur le gaspillage

 

Rendez-vous sur le site du gaspillage alimentaire : www.antigaspi.fr
Site du collège Alphonse Daudet : www.collegedaudet.fr
Site du collège Jean Moulin : www.college-jean-moulin.fr
Site du collège Henri Nans : www.college-nans.fr
Site du collège Victor Hugo : www.college-victor-hugo.fr

Les troubles du comportement alimentaire chez les adolescents

troubles du comportement alimentaire

 

On trouve différents troubles du comportement alimentaire chez les jeunes filles et garçons, au moment de l’adolescence.

En effet, l‘image corporelle tient une grande place chez les adolescentes qui sont influencées par les canons de la mode telle qu’une silhouette longiligne et unisexe.
Parfois, la perspective de minceur ou même la maigreur tournent à l’obsession et risquent de mettre en danger la croissance et la puberté chez les jeunes. La quête d’un idéal corporel social peut entraîner des problèmes du comportement alimentaire et de santé conséquentes à des stratégies de contrôle alimentaire de plus en plus précoces.

L’anorexie mentale
« anorexie » signifie perte d’appétit. En réalité, l’anorexie consiste en une restriction alimentaire, une conduite qui s’est accrue depuis les 20 dernières années.
1 % des cas sont des formes avérées d’anorexie
5 % des cas sont des formes modérées d’anorexie
Ce problème touche plus particulièrement les jeunes filles âgées de 13 à 14 ans et de de 16 à 17 ans mais tend à se développer chez les garçons.
Quels sont les principaux symptômes
On parle de la triade des 3A : Anorexie, Amaigrissement, Aménorrhée sont les symptômes cliniques majeurs.
L’anorexie se manifeste de la façon suivante :
-refus catégorique de s’alimenter
– perte de poids de 10 à 50 % du poids et disparition du cycle
– hyper investissement intellectuel et physique
– refus de s’investir dans le domaine affectif

les vomissements provoqués, les exercices physiques et la prise de médicaments (laxatifs, diurétiques, extraits thyroïdiens) permettent aux patients anorexiques de maîtriser leur poids.

Comment détecter et prendre en charge un adolescent anorexique
Il n’existe aucun signe laissant présager une anorexie.
Une mère souffrant de troubles alimentaires peut cependant avoir une influence alimentaire sur son enfant pouvant favoriser un risque anorexique futur.
Une prise en charge thérapeutique pourra être envisagée afin d’obtenir une guérison nutritionnelle.
Une psychothérapie globale sera mise en place pour le patient et la famille.
Une hospitalisation sera proposée en cas de risque vital car l’anorexie est une pathologie grave avec un taux de mortalité de 7 à 10 %.
Notons que 25 % des patientes conservent des troubles psychologiques (dépression, phobies diverses, troubles obsessionnels compulsifs, invalidité sociale et affective…).

La boulimie
C’est une pathologie psychiatrique indépendante qui survient un peu après l’adolescence, vers 18-20 ans.
Les sujets sont en majorité des femmes (7 pour 10) même si on compte de plus en plus d’ hommes.

Quels sont les principaux symptômes
Un état dépressif est souvent à l’origine de la boulimie et se traduit par un sentiment de « vide intérieur »que le ou la patiente souhaite combler.
La personne se fait vomir en cachette avec un poids quasiment normal (30 % des cas ont un poids supérieur à la normale).
L’adolescente est vulnérable psychologiquement (solitude, dépression, isolement).
Comme l’anorexie, le poids est contrôlé avec des laxatifs, périodes de jeûne et/ou d’hyperactivité physique.

Comment évolue la maladie ?
L’évolution de la boulimie est plus chaotique que l’anorexie car les périodes de rémission s’enchaînent sans se ressembler.
Les complications sont plus sévères (problèmes osseux, rénaux, digestifs, cardiovasculaires).
Des tentatives de suicide peuvent survenir.

L’obésité
Elle se définit par un excès de masse grasse causé par des apports caloriques supérieurs aux dépenses énergétiques.
grâce à un diagnostic clinique, il est possible d’identifier une obésité.
L’Indice de Masse Corporelle (IMC) est un des outils de détection de la courbe de croissance, tout comme la taille et le poids.
L’obésité en France double tous les 15 ans depuis 40 ans et touche plus particulièrement les filles.

Quelles sont les causes majeures ?
Le facteur génétique intervient dans 30 % des cas mais d’autres facteurs environnementaux sont responsables de l’obésité : sédentarité, alimentation, aspects psychologiques et sociaux,..
les sodas, la junk food, les jeux vidéos, les ordinateurs ont contribué au développement de l’obésité, ces 20 dernières années.
Il n’existe pas de profil psychologique concernant les personnes souffrant d’obésité.
Des complications médicales sont nombreuses et variées : risques cardiovasculaires, le diabète, problèmes mécaniques graves  de la hanche,…

Comment prendre en charge cette maladie ?
Il est important d’intervenir rapidement grâce à des mesures diététiques simples, une activité physique adaptée et une prise en charge psychologique.
Des conseils avisés  et du bon sens aideront les personnes à choisir les bons aliments, à retrouver la notion de plaisir, à maintenir son poids de forme en exerçant une activité physique ludique.
L’obésité est un problème de santé publique pour lequel les jeunes générations et les générations futures doivent être sensibilisés chez eux (via leurs parents, les médias ou les professionnels de la santé) comme au collège (les enseignants, les camarades,..) .

Plus d’infos dans le guide mangerbouger en cliquant ici
Retrouvez toutes les infos en cliquant ici